I'm a paragraph.

Click here to add your

own text and edit me.

CROISADES

DE MICHEL AZAMA

SAINT JEAN D'ACRE/BEER SHEVA/JERUSALEM/JAFFA/PARIS

C’est « là-bas », dans cette ville qui regroupe toutes les villes.

Dans ce lieu où la coexistence n’est plus possible, où la ville à été divisée en secteurs : Est. Ouest. Jérusalem. Beyrouth. Saint Jean d’Acre…

de l’antique Sidon à l’actuelle Gaza, l’histoire se répète.Les « Croisades » sont toujours aussi présentes.

 

On suivra tout au long de la pièce l’histoire des adolescents Bella, Ismaïl, Krim et Yonathan, victimes et bourreaux de cette guerre sans fin qui déchire leur pays et leur ville, les poussant dans leurs retranchements les plus extrêmes. Amenant les amants à se déchirer, les amis à s’entretuer et les laissant seuls, à bout de souffle.

 

Autour d’eux « des échappées ». Des personnages d’autres époques,d’autres guerres, traversent l’espace, le temps de nous délivrer quelques mots. Morts depuis longtemps ou depuis peu, ils se relèvent pour parler aux vivants.

Tuer ou être tué, poursuivre une quête insensée, tenter d’aimer, se résigner face à trop d’horreurs. Les personnages de cette pièce sont obligés de choisir leurs camps. Mais ont-ils vraiment le choix ?

 

Michel Azama construit cette pièce autour des Méditerrannées, mettant ainsi en relation la Croisade des Enfants de 1212 et les croisades contemporaines : les enfants guerriers de l’Afrique, les enfants des clés en Iran, la jeunesse palestinienne de l’Intifada et les adolescents israéliens de Tsahal…

 

Il dresse un portrait du monde rendant la problématique de cette pièce universelle, ne nommant jamais le pays en question, pour mieux brouiller les pistes et les cartes, et conférer une puissance quasi mythologique au récit.

Nous renvoyant à ce qu’il y a de plus viscéral en chacun de nous.Au milieu de notre chaos de l’espoir, beaucoup.

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus