Samuel, un avocat trentenaire, est envoyé après la mort de son grand-père en Israël afin de vendre sa maison.

La découverte de celle-ci sera le point de départ d’une enquête personnelle où il retracera l’histoire de ce grand-père méconnu.Elle commence par l’exil en 1948 de ce réfugié de la Seconde Guerre Mondiale vers la Terre des nouvelles promesses. Durant cette période charnière dans l’histoire de cette terre où un peuple retrouvera enfin un foyer, et où un autre sera forcé à l’exil. Beno et Malka, les grand-parents de Samuel, reçoivent à leur arrivée à Tel-Aviv une maison située à Jaffa, ville palestinienne vidée de ses habitants qui seront expulsés en 1948 et prendront la route pour les camps de réfugiés du Liban, de la Jordanie ou encore vers d’autres villes palestiniennes ou vers Gaza.Pour Beno et Malka, le passé de cette maison n’existe pas. Ils seront les pionniers d’un “peuple sans terre arrivant sur une terre sans peuple”, un des mythes fondateurs du sionisme.Alors Beno se lance à corps perdu dans cette nouvelle vie, apprenant l’hébreu passionnément, voyageant de part et d’autre du pays en qualité de journaliste, décrivant l’ardeur et la vitalité de son peuple en omettant la réalité de l’autre.Pour Malka, l’adaptation à cette nouvelle culture, à cette nouvelle langue se révèlera impossible.La naissance prochaine de leur fi lle ne fera que raviver son envie de repartir pour l’Europe ; leur mariage n’y résistera pas.Beno se retrouve seul.Un jour une lettre arrive et trouble l’univers de ce jeune homme, déterminé à devenir plus israélien que les israéliens.Une lettre du passé, des anciens habitants, présents mais oubliés dans leur propre maison.Ils demandent des nouvelles de celle-ci, du verger, de la boutique familiale au coin de la rue.

 

Que répondre ? Depuis cinq ans nous consacrons notre temps à tout rebaptiser, à oublier et à faire oublier le passé de cette ville mélangée où juifs et arabes habitaient et travaillaient ensemble. Nous avons changé le nom des rues, détruit des maisons et des magasins et enfermé la population qui restait sous un régime militaire.Beno décide de mentir, avec l’aide des voisins israéliens et palestiniens et d’un prêtre grec orthodoxe dans le rôle de messager, profitant de son laisser passer du Vatican pour traverser des frontières infranchissables.

Il va leur raconter une histoire. Un conte, où l’espoir peut encore exister.Commence alors l’aventure incroyable de cette correspondance surréaliste où d’un côté un camp de réfugié au Liban attend les “images de Palestine”, et de l’autre un groupe de “résistants de l’imaginaire” travaille à une mémoire meilleure.Confrontés à une société passée maître dans l’art de l’oubli ils fabriqueront ce pays de toute pièce, et finiront par croire qu’il peut vraiment exister.

La pièce

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus