Contexte géopolitique 

“JAFFA AUJOURD’HUI” :  source: www.jaffaproject.org

 

Jusqu’en 1948 la ville de Jaffa était le coeur de la Palestine. La plupart du commerce, des transports et de l’immigration de et vers la Palestine se faisait en son port. Vers la fin du 19ème siècle le chemin de fer de Jaffa-Jérusalem fut construit, augmentant par la même le statut de centre attractif de la ville. 

Des bureaux de poste, des consulats étrangers et des centres culturels s’y trouvaient également. 

Après la guerre de 48 et les changements démographiques qu’elle a amenée, Jaffa est devenue une ville à majorité juive. Des 120 000 palestiniens résidants à Jaffa et dans ses alentours seuls 3000 y 

restent. La majorité des palestiniens qui ont pu rester à Jaffa appartenaient aux groupes sociaux les plus défavorisés de la population pré-48. Ce petit groupe forme la base de l’actuelle population 

palestinienne de Jaffa, en plus des migrations interne du pays, de Cisjordanie et de Gaza. 

Aujourd’hui la population palestinienne de Jaffa compte 14 000 habitants.

La guerre de 1948 à efficacement effacé non seulement la présence palestinienne mais également la riche histoire de Jaffa de la mémoire collective, de la conscience de ses habitants autant que de l’architecture de la ville. 

 

La population juive de Jaffa a traversé des changements majeurs. Après la guerre de 1948, des réfugiés de l’Holocauste venant d’Europe ainsi que des immigrants juifs de pays arabes ont été transférés dans la ville. Ceux qui pouvaient se le permettre ont quittés Jaffa pour ce qu’ils considéraient être de meilleures régions du pays. Les populations juives les moins privilégiées sont restées dans la ville, ce processus a laissé les populations les plus faibles dans une situation socio-économique similaire. Pourtant il y avait de flagrantes différences de statuts dûes au fait que la population palestinienne vivait sous un régime militaire qui, à Jaffa a duré jusqu’en 1954. 

Après 1954, Jaffa est annexée à Tel-Aviv devenant le quartier sud de la ville. Par de continuelles 

discriminations budgétaires Jaffa est restée dans un état de négligence permanent et ses problèmes 

ont empirés loin des yeux de la population de Tel-Aviv. 

Dès les années 80 et jusqu’à aujourd’hui, un processus de gentrification a commencé: de riches 

habitants juifs commencent à acheter des maisons palestiniennes dans différents quartiers de la ville profitants des prix bas du marché. Résultant de cette inflation les prix ont augmentés et les membres les plus faibles économiquement des deux communautés ne peuvent plus se permettre de devenir 

propriétaire, ni locataire. Des quartiers anciennement homogènes sont maintenant mixtes, bien que les différences sociales soient flagrantes d’une maison à l’autre.

Certains vivent dans des palais alors que leurs voisins vivent dans des maisons sur le point de s’écrouler. 

 

Aujourd’hui la communauté de Jaffa est divisée en trois grands groupes:

 

1- La population palestinienne, qui en 48 a perdu une grande partie de sa jeunesse éduquée et économiquement établie. C’est seulement dans les 20 dernières années qu’une nouvelle 

conscience politique, sociale et nationale a commencé à se développer au sein de la jeune 

génération. Cette population a souffert et souffre encore de discriminations en terme de développements, d’infrastructures, d’éducation et de culture. 

 

2- Une population juive socialement et économiquement faible, qui souffre les mêmes 

discriminations et négligences citées plus haut.

 

3- Un groupe économique avantagé de la population juive qui a migré à Jaffa ces 20 dernières années.

Ces trois groupes vivent les uns à côté des autres dans des situations nationales, politiques, économiques, et communautaires tendues où surviennent de violents incidents. Le haut taux de criminalité, la drogue et la violence sont certaines manifestations des tensions 

inter-communautaires et de la négligence de la ville par la municipalité de Tel-Aviv. 

Le climat politique dans lequel ils vivent, ainsi que la présence du conflit israélo-palestinien, empêche le dialogue entre ces communautés. Cette impossibilité est d’autant plus flagrante lorsque il y a d’évidentes causes communes à défendre, comme la difficulté d’accès à la propriété ou les problèmes de logements.

Darna, The Popular Committee for Protection of the Right to Land and Housing in Jaffa, se bat auprès des 500 familles sous ordre d’expulsion et de destruction de leurs maisons. Sur ces 500 familles une seule est juive israélienne, les autres sont des palestiniens/israéliens. 

  • w-facebook
  • Twitter Clean
  • w-googleplus